Passer au contenu

Vaccin : Premiers résultats encourageants après des tests cliniques réalisés sur l’homme

Aux États-Unis, huit volontaires ont développé des anticorps après avoir reçu le vaccin de l’entreprise de biotechnologie Moderna.

Les premiers résultats des essais sur l'homme d'un vaccin contre le Covid-19 ont donné des résultats positifs selon Moderna, l’entreprise à l’origine du projet. En effet, les huit participants volontaires ont tous développé des anticorps comparables à ceux observés chez les personnes ayant contracté la maladie. Ces derniers ont ensuite été testés en laboratoire sur des cellules humaines afin d’étudier les réactions face au virus. Verdict : les anticorps ont bien permis d’empêcher le Sars-CoV-2 de se répliquer, et plus la dose de vaccin était élevée, plus les volontaires produisaient des anticorps.

Toutefois, comme pour les tests d'anticorps, on peut se demander si cette réaction est suffisante pour empêcher les gens d'être infectés par le virus. Cette approche ne stimule pas un autre bras de la réponse immunitaire, celui des cellules T. On ne sait pas non plus si la réponse des anticorps durera.

De nombreuses sociétés et institutions différentes dans le monde s'affrontent pour développer un vaccin en un temps record, en utilisant différentes approches. L'Organisation mondiale de la santé a établi une liste de 76 candidats. Moderna a été le premier au monde à faire des essais cliniques avec un vaccin à ARN, qui utilise un segment de matériel génétique du virus lui-même, appelé ARN messager, pour provoquer la production d'anticorps par le système immunitaire.

L'Imperial College en Angleterre développe également un vaccin à ARN, bien que son approche soit différente. Robin Shattock, professeur d'infection des muqueuses et d'immunité, qui dirige les essais de cette institution, a déclaré que les résultats de Moderna étaient encourageants : « Bien qu'il soit important d'examiner les données réelles, les résultats rapportés sont conformes aux attentes selon lesquelles les candidats vaccins devraient fournir des niveaux d'anticorps neutralisants au moins équivalents à ceux des sujets convalescents. Et d’ajouter : C'est un début prometteur, mais les données sur l'efficacité du vaccin seront essentielles, suivies de sa capacité de production de manière à ce que le plus de monde puisse se le fournir si ce vaccin devait être couronné de succès ».

Stephen Evans, professeur à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, émet quant à lui plus de réserves : « Ce n'est pas une mauvaise nouvelle et il y a un certain nombre de bons points qui laissent entrevoir l'optimisme quant à l'efficacité de ce vaccin ». Un pragmatisme partagé par d’autres experts, qui déplorent l’absence de données dans le rapport communiqué par Morderna.

Jusqu'à présent, l’entreprise n'a publié que les résultats concernant le groupe de volontaires les plus jeunes. D’autres essais sur l'homme devraient ainsi commencer, tout d’abord sur un panel de 600 personnes puis sur un groupe d’environ 2000 volontaires courant juillet.

Article précédent Coronavirus et catastrophes naturelles : l’inquiétant combat auquel se préparent plusieurs pays du monde
Articles suivant France : 25 foyers de contamination identifiés depuis le déconfinement