Passer au contenu

Tourisme et coronavirus

Durement touché par la crise sanitaire, le secteur du tourisme est aujourd’hui au cœur d’un grand plan de relance orchestré par le gouvernement et dont les premiers détails ont été dévoilés cette semaine par le Premier ministre Édouard Philippe.

Le chef du gouvernement l’assure, les français pourront partir en vacances dans tout le pays à partir de juillet. Une mesure qui rassure au sortir des deux mois de confinement, et qui permettra sans doute de relancer partiellement une filière très touchée par la crise.

Première destination mondiale avec près de 80 millions de visiteurs chaque année, la France a en effet perdu gros en 2020. Fermeture des monuments, des parcs, des restaurants et des hôtels, frontières fermées, déplacements restreints… autant d’annonces nécessaires pour le bien commun mais létales pour cette industrie qui emploie près de 2 millions de personnes. Jeudi 14 mai dernier, le Premier Ministre a ainsi dévoilé un plan de relance « massif », représentant pour les finances publiques un engagement de 18 milliards d’euros : « Le tourisme fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne, alors même que c’est l’un des fleurons de l’économie française. Son sauvetage est donc une priorité nationale ».

Première mesure, la possibilité de pouvoir partir en vacances dans tout le pays, à l’exception de certaines zones encore fortement touchées par l’épidémie. Les français sont ainsi invités à prendre leurs réservations, avec la garantie de pouvoir être intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’épidémie empêcherait le départ en vacances.

Suite à l’aide d’urgence débloquée au début de la crise et représentant pour les quelques 62 000 entreprises du secteur un montant de 6,2 milliards d’euros, le gouvernement souhaite poursuivre ses efforts en investissant massivement via la Banque des Territoires et Bpifrance : « nous avons formalisé un plan de relance Tourisme commun de plus de trois milliards d’euros de financement entre aujourd’hui et 2023 ».

A cette mesure s’ajoutent deux autres points très attendus par les professionnels du milieu : le recours à l’activité partielle jusqu’à la fin de l’année et l’accès au fond de solidarité jusqu’à fin septembre. L’ensemble des actions prises par le gouvernement et les divers degrés d’éligibilité sont à retrouver sur le site www.plan-tourisme.fr/

Concernant la TVA, le gouvernement n’a pas fait de geste malgré l’appel d’un collectif de restaurateurs mené par Oliver Bertrand, patron du groupe éponyme détenant plusieurs enseignes bien connues (Quick, Burger King, Hippopotamus…) militant pour l’abaissement à 5,5%. Les français sont toutefois incités à retourner dans les restaurants dès leur ouverture via l’augmentation de 100% du plafond journalier des tickets-restaurants, ainsi fixé à 38 euros, et pouvant dorénavant être utilisé les week-ends et les jours fériés.

Article précédent France : 25 foyers de contamination identifiés depuis le déconfinement
Articles suivant Qu’est-ce qu’un tunnel désinfectant ?