Passer au contenu

Selon plusieurs études, la prise d'hydroxychloroquine n’aurait aucun effet positif contre le Covid-19 et pourrait même aggraver la situation

Vantés à la fois par Donald Trump et le très médiatisé docteur marseillais Didier Raoult, la chloroquine et son dérivé moins toxique l’hydroxychloroquine n’auraient aucun effet positif sur les patients atteints du Covid-19. Ils pourraient même dans certains cas faire empirer la situation

Un essai clinique de l'hydroxychloroquine a en effet été suspendu par l'Organisation mondiale de la santé pour des raisons de sécurité : « Le groupe exécutif a mis en place une pause temporaire des tests concernant l’hydroxychloroquine, le temps que les données de sécurité soient examinées par le conseil de surveillance » a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cette décision fait suite à une étude publiée récemment dans le journal médical The Lancet et stipulant que l'utilisation de ce médicament augmenterait le risque de décès de 34 % et le risque d'arythmie cardiaque grave de 137 %.

« Notre analyse à grande échelle, internationale et réelle, soutient l'absence de bénéfice clinique de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine et souligne les dommages potentiels chez les patients hospitalisés avec COVID-19 » ont déclaré les auteurs de l'étude. Dans ce même essai, il est écrit que les patients recevant de l'hydroxychloroquine et un antibiotique couraient un risque accru de 45 % de décès et de 411 % d'arythmies cardiaques graves.

Le directeur général de l’OMS rappelle toutefois que les préoccupations concernant le médicament ne concernent que son utilisation pour traiter le Covid-19, et que l'hydroxychloroquine et la chloroquine restent nécessaires et recommandées chez les patients atteints de maladies auto-immunes ou de malaria.

L'utilisation du médicament par Donald Trump a provoqué de nombreuses controverses, les observateurs se demandant pourquoi les professionnels de santé de son entourage lui donnaient ce médicament.

D'autant plus que la Food and Drug Administration ( l’équivalent américain de l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) avait émis un avertissement très clair sur l'utilisation de ce médicament dès la fin avril, rappelant aux professionnels de santé et aux patients les risques associés : « L'hydroxychloroquine et la chloroquine ne se sont pas révélées sûres et efficaces pour traiter ou prévenir le Covid-19. Elles sont étudiées dans des essais cliniques pour le Covid-19, et nous avons autorisé leur utilisation temporaire pendant la pandémie de Covid-19 pour le traitement du virus chez les patients hospitalisés lorsque les essais cliniques ne sont pas disponibles ».

Au Brésil, le président Jair Bolsonaro a décidé d’assouplir les protocoles relatifs à l'utilisation de la chloroquine dans le traitement du Covid-19, et ce malgré la publication de toutes ces études présentant le médicament comme inefficace voire dangereux. La nouvelle réglementation permet d'administrer le médicament aux personnes présentant des symptômes plus légers.

Article précédent La propagation du coronavirus diminuerait considérablement si 80 % de la population portait un masque
Articles suivant Quels sont les pays où le nombre de cas journaliers continue d'augmenter ?