Passer au contenu

Pandémie, endémie ou épidémie ?

Le 11 mars 2020, l’épidémie de Covid-19 est officiellement devenue une pandémie. Fixée par L’Organisation Mondiale de la Santé, cette échelle permet de mesurer l’incidence d’une maladie et d’inciter à prendre des mesures adéquates.

Dans le cadre du Covid-19, des décisions exceptionnelles ont été adoptées à travers le monde, avec des épisodes de quarantaine, l’arrêt de nombreuses activités économiques ainsi que l’accélération de la production de matériel médical.

L’épidémie, premier niveau de cette échelle, est l’apparition rapide et localisée d’une maladie. C’était le cas du Covid-2019 en fin d’année dernière, lorsque le virus était confiné à la région de Hubei, en Chine, où se trouve la ville de Wuhan.

On parle d’épidémie également pour la grippe hivernale, qui ne dure généralement guère plus que quelques mois, mais aussi pour la maladie d’Ébola en raison de son implantation très locale.

A la différence l’épidémie, qui est un mal saisonnier, l’endémie est une maladie installée dans le temps. On peut citer le paludisme, par exemple, qui touche de nombreuses régions tropicales et dont la présence n’est pas affectée par le changement de saison.

La pandémie quant à elle est l’évolution logique de l’épidémie. Sévissant à grande échelle, elle est généralement due à l’apparition d’un nouveau virus qui profite de l’absence d’immunité pour se répandre d’hôte en hôte. Un phénomène presque incontrôlable et ne pouvant être endigué que par deux actions : une vaccination de masse ou l’obtention de ce que l’on appelle l’immunité de groupe, c’est-à-dire une population immunisée en grande partie contre le virus après l’avoir contracté.

Article précédent Le port d’un masque en tissu protège-t-il du Coronavirus ?