Passer au contenu

Les États-Unis s’attendent à un bilan plus lourd que prévu

Avec quelques 68 000 morts depuis le début de la crise sanitaire, les États-Unis présentent le bilan le plus lourd en valeur absolue. Un chiffre qui devrait malheureusement continuer de progresser rapidement selon plusieurs études.

Malgré un nombre de décès en baisse, avec 1015 morts ces dernières 24 heures sur l’ensemble du territoire (chiffre le plus bas depuis début avril), Les États-Unis s’attendent à dépasser le cap des 100 000 morts du Covid-19 d’ici juin.

De nombreux modèles épidémiologiques abondent en effet dans ce sens, à l’image de celui publié par le très réputé Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME). Outre la prolongation de la pandémie pendant l’été, l’organisme a revu à la hausse ses premières prédictions, passant de 72 000 à 135 000 morts d’ici le 4 août. Si plusieurs raisons peuvent être invoquées, le déconfinement prématuré dans certains États et la multiplication de manifestations « anti-lockdown » joueraient un rôle prépondérant.

Dimanche, le président américain Donald Trump, très critiqué outre atlantique pour sa gestion de la crise, a lui-même reconnu que son pays allait « perdre 75 000, 80 000 ou 100 000 personnes ».

Le territoire est très inégalement touché. Si New York, mégalopole et hub mondial, a été fortement impactée, d’autres régions plus rurales n’enregistrent presque aucun cas. Le mode de vie des américains, très axé sur les déplacements individuels en voiture, pourrait avoir contribué au ralentissement de la propagation dans certaines métropoles et au sein des États les moins densément peuplés.

Après les nombreuses sorties ubuesques du président, notamment concernant le traitement de la maladie par l’eau de javel ou les rayons UV, le pays semble s’être trouvée une nouvelle cible. Le chef de la diplomatie Mike Pompeo a en effet affirmé dimanche disposer de « preuves immenses » que le nouveau coronavirus proviendrait d’un laboratoire de la ville de Wuhan. Des propos rapidement réfutés par la Chine, dénonçant « le malfaisant Pompeo crachant son venin et répandant des mensonges sans raison ».

Cela fait suite aux déclarations du président la semaine dernière, qui n’avait pas hésité à brandir la menace de présenter une lourde facture du coronavirus à la Chine. Un État américain, le Missouri, s’est d’ailleurs déjà porté partie civile pour poursuivre le pays asiatique pour les dégâts provoqués par la pandémie.

Article précédent Revivez l’interview d’Emmanuel Macron au 13h
Articles suivant Les mesures de la Poste pour le déconfinement