Passer au contenu

Île-de-France : la décrue se poursuit en réanimation

Deux semaines après le déconfinement, les chiffres correspondant au nombre de patients Covid en réanimation continue de baisser. De bonne augure avant l’arrivée d’une possible augmentation des cas en raison de la durée d’incubation du virus, estimée à environ quinze jours.

Lundi 25 mai, le nombre de personnes atteintes du Covid-19 placées en réanimation était de 671. Un chiffre qui s’élevait à 1200 deux semaines plus tôt, lorsque la France a assoupli ses mesures de confinement, et à 2700 le 8 avril au plus fort de la crise.

Des données rassurantes qui permettent de constater que le seuil représentant le nombre de places totales en réanimation dans la région n’est plus dépassé depuis mi-mai. Considérée comme un territoire à risque, la région Ile-de-France a en effet été très touchée par le nouveau coronavirus, avec quelques 6950 personnes décédées depuis le début de la crise.

Le niveau d’alerte reste élevé et plusieurs restrictions ont été maintenues, à l’image de l’interdiction pour les centres commerciaux de rouvrir leurs portes.

Au niveau des différents départements de la région Paris reste en tête du classement en termes de nombre de patients Covid en réanimation, suivi par les Hauts-de-Seine et la Seine Saint-Denis. Cela s’explique notamment par une concentration élevée d’hôpitaux aux quatre coins de la ville.

En termes de patients hospitalisés, le Val-de-Marne en compte 1228 au 25 mai, suivi de près par les Hauts-de-Seine (1218) et Paris (1187) comme le montre le graphique ci-dessus. La région compte au total 7056 patients hospitalisés. En plus de la baisse de ces indicateurs, qui montre que le virus est en recul sur l'ensemble du territoire, il est à noter que près de 24 000 franciliens sont sortis guéris de l’hôpital depuis le début de la pandémie.

Article précédent Selon une étude française, une infection légère au Covid-19 est suffisante pour développer des anticorps
Articles suivant La propagation du coronavirus diminuerait considérablement si 80 % de la population portait un masque