Passer au contenu

Le point sur la situation en Amérique Latine

Avec près de 125 000 cas au 7 mai 2020, le Brésil est le pays le plus touché de la région. Suivent ensuite le Pérou (54 817), l'Équateur (31 881), le Mexique (26 025), le Chili (23 048), la Colombie (8 613) et la République dominicaine (8 807).  

Brésil

Le Brésil est aujourd’hui le deuxième pays le plus infecté des Amériques, loin derrière les États-Unis. Toutefois, face à l’absence de mesures et à la désinformation du part du président Jair Bolsonaro depuis le début de la crise, et le manque de tests à l’échelle nationale, les chiffres réels sont certainement beaucoup plus élevés, talonnant peut-être même ceux de la première puissance mondiale.

Jusqu'à présent, 8 536 décès ont été enregistrés pour 125 218 infectés par le COVID-19, les provinces de São Paulo et de Rio de Janeiro étant les plus touchées. Le maire de cette dernière, Marcelo Crivella, a annoncé mercredi la mise en place d’un couvre-feu dans certains quartiers de la ville suite au non-respect du confinement de la part de certains de ses administrés.

"Nous avons un problème avec des commerces de Campo Grande, Santa Cruz et Bangu. La garde municipale ferme les établissements, quitte les lieux, et une demi-heure plus tard, tout est de nouveau ouvert. A partir de maintenant, ces commerces pourront être fermés définitivement s’ils ne se soumettent pas à la loi » a t-il d’ailleurs expliqué.

Paraguay

Au Paraguay, huit des neuf cas de coronavirus signalés mercredi proviennent de citoyens rapatriés du Brésil, selon une déclaration du ministre de la santé Julio Mazzoleni. La plupart des personnes qui ont été testées positives ces derniers jours reviennent toutes du pays voisin. Jusqu'à présent, le Paraguay a enregistré 440 cas de Covid-19 pour 10 décès.

Chili

Des militaires font appliquer le couvre feu à Santiago

Les autorités sanitaires chiliennes ont renforcé les mesures de confinement dans la capitale Santiago en réponse à une augmentation des cas de coronavirus, qui s'élevaient à 23 048 mercredi 6 mai dernier.

Deux mois après l’apparition du virus au Chili et alors que de nombreux pays de la région assouplissent les mesures de distanciation sociale, 12 quartiers de Santiago imposeront une quarantaine obligatoire à partir de vendredi soir.

« Il est impératif que le nombre de cas à Santiago diminue rapidement, et la seule façon d'y parvenir est de mettre en œuvre les mesures que nous avons exposées, aussi douloureuses soient-elles », a déclaré le ministre de la santé Jaime Mañalich, qui a qualifié cette lutte pour arrêter la propagation du virus dans la capitale de "bataille de Santiago".

Salvador et Costa Rica

Les gouvernements du Salvador et du Costa Rica se sont engagés dans une « guerre » à distance mercredi, suite aux déclarations du président Salvadorien M. Buekele à la télévision nationale de son pays : « Le Costa Rica nous donne la fausse impression qu'il a aplati la courbe, mais il n'a fait qu'abaisser le nombre de tests quotidiens. Nous ne voulons pas faire les mêmes erreurs ».

Ce à quoi son homologue costaricain, Carlos Alvarado Quesada, a répondu en présentant le bilan de son action, tout en rappelant que son pays a été le premier en Amérique centrale à signaler des cas de Covid-19. Une avance qui a permis de mieux préparer sa population à la crise sanitaire. En mai, moins de 10 costaricains sont infectés quotidiennement, ce qui représente une nette amélioration de la situation par rapport aux mois précédents.

Article précédent Le déconfinement se précise
Articles suivant Une large étude sur 2000 médicaments et composés chimiques offre un nouvel espoir dans la lutte contre le coronavirus.