Passer au contenu

Le déconfinement se précise

Le premier ministre Édouard Philippe a précisé, jeudi 7 mai aux alentours de 16 heures, les derniers détails du plan de déconfinement.

Le déconfinement aura bien lieu le 11 mai. C’est en tous cas la première information livrée par le premier ministre lors de son intervention du 7 mai. Cette date pouvait en effet être modifiée sous réserve de nouveaux éléments allant à l’encontre d’un relâchement des mesures de sécurité. Pour accompagner cet évènement, le gouvernement a publié la dernière carte de vigilance des départements, et dont la couleur (rouge ou vert) servira à apporter des réponses locales graduées à la crise sanitaire en cours.

Si le déconfinement est validé sur l’ensemble du territoire métropolitain, le pays restera coupé en deux. Les départements verts qui parviendront à le rester pendant les trois prochaines semaines pourront bénéficier d’une nouvelle étape de déconfinement à partir de juin. Pour les territoires en rouge, plusieurs restrictions seront toujours appliquées, à l’image de la prolongation de la fermeture des parcs, des jardins et des collèges jusqu’à nouvel ordre.

Deux régions sont particulièrement observées par le gouvernement. L’île de France, ou le nombre de cas, bien qu’en baisse, reste trop élevé, ainsi que Mayotte, qui connaît une augmentation du nombre de citoyens testés positifs au Covid-19.

Dans la première, les mesures seront plus strictes que dans le reste de la France. Dans la seconde, le déconfinement a été repoussé au-delà du 11 mai pour enrayer la circulation active du virus. Deux autres régions, classifiées rouges par le gouvernement, sont également sous vigilance, à savoir les Hauts-de-France et le Grand Est.

Personnes vulnérables et dépistage du virus

Concernant les personnes vulnérables, aucune consigne de confinement obligatoire sera prononcée à leur égard après le 11 mai. Le premier ministre rappelle toutefois que les citoyens concernés devront continuer de respecter des règles de prudence très strictes face au coronavirus. Un constat qui comporte toutefois une exception. Les Ehpad ne bénéficieront en effet pas de cet "assouplissement" afin de protéger les résidents, déjà très fortement touchés lors de la première vague. Le gouvernement a par ailleurs promis une aide exceptionnelle de 475 millions d’euros pour ces établissements ainsi qu’une prime de 1500 euros pour tout le personnel travaillant pour l’un des Ehpad des 33 départements les plus touchés.

Afin d’accompagner ces mesures de relâchement, le gouvernement promet un dépistage massif de la population. Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, une carte de France des capacités par départements en tests virologiques a été publiée. Un outil nécessaire dans le cadre du déconfinement, car toutes les personnes testées positives doivent pouvoir être isolées. Selon Olivier Véran, le Ministre de la Santé, la France est aujourd’hui en mesure de réaliser 700 000 tests par semaine.

Rentrée des classes et vie économique

Le ministre de l’Éducation Michel Blanquer a ensuite pris la parole afin de détailler son plan concernant la réouverture des écoles. Selon lui, 87 à 90% des communes prévoient une rentrée des classes à partir de la semaine prochaine, ajoutant que ses services travaillent de concert avec les 10% restants. Cela représente environ 1 million d’élèves, encadrés par quelques 130 000 instituteurs. Dans les départements verts, les collèges pourront rouvrir dès le 18 mai.

Concernant les frontières, la restriction au sein de l’espace européen sera prolongée jusqu’au 15 juin. Celles avec les pays non-européens resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. Cela ne concerne pas les travailleurs frontaliers, qui pourront continuer à exercer leur activité.

Au sein du territoire, Bruno le Maire a indiqué que tous les commerces rouvriront à partir du 11 mai à l’exception des cafés et des restaurants. Cela représente environ 400 000 entreprises et près de 875 000 emplois. Le ministre a par ailleurs tenu à rappeler que l’état poursuivra le fond de solidarité pour les petites entreprises et les indépendants ainsi que l’exonération de charges sociales sur trois mois pour les petites entreprises ayant dû fermer sur décision administrative. Les centres commerciaux pourront rouvrir partout sauf en Ile-de-France.

Article précédent Soupçon d’un nouveau cluster en Vendée
Articles suivant Le point sur la situation en Amérique Latine