Passer au contenu

Comment le coronavirus peut faire des ravages dans les endroits clos

Le Covid-19 peut être "exceptionnellement contagieux" dans certains endroits clos, à l’image des bureaux partagés, comme le montre une enquête épidémiologique menée en mars sur un centre d'appel sud-coréen.

Cette étude, publiée dans la revue America's Centers for Disease Control and Prevention, a montré comment le virus a infecté 43,5 % des employés d’un des étages de l’immeuble.

Tout commence le 8 mars, lorsque les autorités sud-coréennes sont informées de la présence d'un employé testé positif au coronavirus dans le bâtiment du centre d'appel. Installée aux 7ème, 8ème, 9ème et 11ème étages, l’entreprise partage l’édifice avec des bureaux commerciaux ainsi que des appartements résidentiels.

Dans la foulée de ce premier cas, l’ensemble du bâtiment est mis sous scellé et les quelques 922 employés, 203 résidents et 20 visiteurs passés récemment sont tous testés. Une rapidité d’exécution qui a permis aux chercheurs d’en apprendre plus sur les « mouvements » du virus et de déterminer quelles étaient les actions et les comportements les plus à risque.

Sur ces 1 143 personnes testées, 97 se sont révélées positives, parmi lesquelles 94 travaillaient au 11ème étage du bâtiment. Un résultat qui corrobore les habitudes des salariés du centre d’appel, qui se déplacent très peu entre les étages pour des raisons opérationnelles.

Sur les 216 employés du 11 étage, 43.5% d’entre eux ont ainsi été contaminés. L'équipe de 26 chercheurs, dirigée par un responsable coréen de la santé publique, Shin Young Park, a par ailleurs observé que plus de 95 % des cas positifs du 11e étage se trouvaient du même côté du bureau (en bleu sur le schéma ci-dessous).

Emerging Infectious Diseases 2020

Parmi les 97 patients testés positifs, 89 se sont révélés être symptomatiques, tandis que quatre sont restés asymptomatiques même après 14 jours d'isolement. Selon l'étude, le patient 0, tout du moins le premier à avoir été diagnostiqué, travaillait au 10e étage. S’il n’est jamais allé au 11e étage, il aurait pu infecter certains de ses collègues dans des lieux clos, à l’image des ascenseurs communs à tout le bâtiment.

Les chercheurs ont également suivi et testé les contacts familiaux des cas confirmés de Covid-19. Résultat des courses, 34 d’entre eux ont été infectés, ce qui se traduit par « un taux d'attaque secondaire » de 16,2 %.

Cette étude a permis de valider plusieurs points. Tout d’abord, les milieux clos présentant une forte densité de personnes sont les endroits les plus à risque. Ensuite, la durée de l'interaction avec un cas positif joue un rôle crucial dans la propagation du virus. En effet, malgré une interaction non négligeable entre les travailleurs des différents étages du bâtiment dans les ascenseurs et dans le hall, la propagation du Covid-19 s'est limitée presque exclusivement au 11e étage.

Les résultats de cette étude montrent ainsi que la réouverture de certains lieux communs à partir du 11 mai, à l’image des bureaux, des écoles ou encore des transports publics, ne pourra se faire sans un respect strict des gestes barrières et du principe de distanciation sociale, sans quoi de nouveaux foyers de contamination pourraient émerger.

Article précédent Un médicament utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde pourrait être efficace contre le coronavirus
Articles suivant Les recommandations du Conseil scientifique pour le dé-confinement