Passer au contenu

Au Mexique, des usines rouvrent au plus fort de la crise

Après 51 jours de confinement, le Mexique se prépare à « la nouvelle normalité », dixit son président Andrés Manuel López Obrador, et ce malgré une augmentation des décès à travers le pays.

Mercredi, le pays latino-américain a signalé quelques 1.992 nouveaux cas de coronavirus pour 353 nouveaux décès. Il s’agit des chiffres les plus élevés depuis le début de l'épidémie. Cela porte le nombre total de décès à 3.926, tandis que le nombre total de cas s'élève à 38.324 (dont 25.935 se sont rétablis). Selon des propos rapportés par l’Associated Press, plusieurs responsables politiques auraient reconnu sous-estimer les chiffres réels de la crise sanitaire pour deux raisons : l’absence de dépistage massif et la non comptabilisation des personnes décédant du virus ailleurs qu’à l’hôpital.

Malgré cette situation, le Mexique aurait subi des pressions de la part de responsables américains pour rouvrir ses usines automobiles. Le pays, ou de nombreuses unités de production sont implantées, joue en effet un rôle clé en Amérique du nord. Sans ses chaînes d'approvisionnement, la réouverture d'usines aux États-Unis et au Canada devient en effet extrêmement complexe. Un véritable alignement de dominos qui révèle toute la dépendance des pays développés d’Amérique du Nord envers leurs voisins du sud, ou de nombreuses unités de production ont été délocalisées afin de faire baisser les coûts.

Lors du briefing quotidien sur le coronavirus, la secrétaire d'État à l'économie, Graciela Márquez, a cité la fabrication de voitures et de camions parmi les premières industries qui seraient autorisées à reprendre, après une réouverture « progressive, ordonnée et prudente ».

Mme Márquez a déclaré qu'environ un dixième des communes du pays n’ayant pas enregistré de cas de coronavirus seraient autorisés à reprendre leurs activités commerciales et scolaires, tout en bénéficiant d’une vigilance sanitaire accrue. Cela représente 269 territoires à travers le Mexique, principalement situés dans les zones rurales du centre-nord et du sud-est.

Des propos et des actions qui divisent au gouvernement. Si le secrétaire à la santé Jorge Alcocer a déclaré que le gouvernement « s’en sortait bien » malgré les circonstances, le secrétaire à l'éducation Esteban Moctezuma refuse de laisser les enfants retourner à l’école tant que la première vague n’est pas passée. Jeudi, le pays comptabilisait 40186 cas pour 4220 morts. Des chiffres encore en hausse depuis le bilan de la veille et qui inquiètent au regard du relâchement des mesures de confinement dans certaines provinces.

Article précédent Qu’est-ce qu’un tunnel désinfectant ?
Articles suivant La Covid-19 ou le Covid-19 ?